Envie 72

Allonnes. Déménagement d’Envie Maine : les premiers salariés arriveront en juin 2022

Lire l’article de Raphaël RUFFLE-MARJOT sur

La future structure d’Envie Maine, dans la zone d’activités du Vivier à Allonnes, s’étendra sur 3 500 m², là où se trouvait jadis la jardinerie Delbard.

Ce vendredi 8 octobre 2021, le directeur général de l’entreprise d’insertion et plusieurs élus locaux ont symboliquement posé la première pierre du chantier. Les premiers salariés arriveront eux en juin 2022.

Depuis début 2021, l’entreprise Envie Maine et l’association Iter ont fusionné leur projet social : celui d’accompagner des personnes éloignées de l’emploi par l’insertion et la formation. Un rapprochement symbolisé par leur future structure commune, de 3 500m², dans la zone d’activités du Vivier à Allonnes. L’ancienne friche industrielle causée par le départ de la jardinerie Delbard en 2014, aura l’avantage d’offrir 500 m² de plus que les deux sites actuels basés route d’Allonnes et avenue Pierre-Piffault au Mans.

Ce vendredi 8 octobre 2021, la première pierre a été posée en présence de Léopold Dollon, directeur général d’Envie Maine, du préfet de la Sarthe, des maires d’Allonnes et du Mans, et de plusieurs autres élus locaux. Tous se sont félicités d’un lieu mêlant convivialité et emploi.

Croissance d’activité et nouveaux besoins

Redonner une vie sociale en donnant une seconde vie à l’électroménager​, telle est la vision portée par Envie Maine et son directeur général. Avec 220 salariés, dont 185 en insertion, l’entreprise compte un projet social à part.
Si le magasin d’électroménager connaît une hausse d’activité, avec 700 articles reconditionnés vendus en plus cette année, de nouveaux besoins sont apparus, auxquels le déménagement des locaux pourra répondre : démarrage du reconditionnement numérique (écrans, claviers, souris), groupement des activités réemploi et recyclage, dispense de cours de français, travail sur la fracture numérique. Une réserve foncière permettra d’accueillir d’éventuels autres projets.

Une arrivée à quelle date ?

Cela fait sens que le projet soit basé à l’entrée du quartier de la Bujerie. Il est conçu comme un écoquartier avec une activité économique, des commerces, deux parcs et une ligne de bus ​se réjouit Gilles Leproust, maire d’Allonnes (PC).

La présence d’un arrêt de bus à proximité était une condition sine qua non pour le directeur général d’Envie Maine : Nos salariés, en insertion professionnelle, ne sont pas forcément tous mobiles, il faut leur faciliter la tâche​.

Sur une parcelle non constructible de 4 500 m ², des espaces collaboratifs verront le jour près de la départementale 23 : verger, potagers, ruches et éco pâturage. Pour ce dernier projet, Envie Maine va s’associer à la société Les moutons urbains.

En tout, onze ateliers d’insertion animeront le site de la zone d’activités du Vivier. L’arrivée d’une centaine de salariés est prévue en deux phases : en juin puis octobre 2022. L’inauguration aura lieu dans le courant de l’été 2023.

Le nouveau bâtiment d’Envie Maine en quelques chiffres
  • 350 m² de magasin.
  • 500 m² d’atelier.
  • 300 m² de bureaux, salles formation/réunion.
  • Coût : 4 700 000€.
  • Subventions : 600 000€ (Le Mans Métropole, Région Pays de la Loire et État financeront chacun 200 000€ ; le conseil départemental de la Sarthe participera à hauteur de 5 000 € auprès de l’entreprise Iter).
Le Maine Libre : Que va vous apporter ce nouveau bâtiment ?

Léopold Dollon, directeur général d’Envie Maine et président d’Iter : « La volonté a été de regrouper nos activités connexes en un seul et même lieu. Toutes les structures vont avoir une meilleure visibilité. Au-delà du bâtiment nous pourrons développer de nouveaux projets autour de l’insertion. Pour les salariés, le bâtiment va changer leur façon de travailler car nous avons pu développer l’ergonomie des postes de travail. De façon organique il y aura une hausse des effectifs à terme. Sur le reconditionnement numérique, nous envisageons dans un premier temps de recruter cinq personnes pour lancer l’atelier ».

Comment expliquez-vous votre longévité ?

« Ici, nous pensons que c’est lié à la mise en lumière de l’économie circulaire grâce à sa récente loi sur le sujet ainsi que celle sur l’anti-gaspillage. Le reconditionné donne de l’accessibilité aux revenus les plus modestes. Il y a un attrait pour les petits prix et la seconde main. D’autres personnes achètent chez nous par solidarité, c’est-à-dire qu’ils sont conscients du projet social et veulent l’aider. »

Vous évoquez la seconde main. Pour quelle raison avoir construit et ne pas avoir pas utilisé le bâtiment de la jardinerie ?

« Nous évoluons dans le déchet et nous avons été confrontés à la réglementation ICPE 27-11 (installation de transit, regroupement, tri ou préparation en vue de réutilisation de déchets d’équipements électriques et électroniques, ndlr) qui est très contraignante, mais nous acceptons les règles du jeu. Par rapport à l’ergonomie et à la disposition du précédent bâtiment existant, nous sommes partis du principe de raser pour pouvoir plus facilement être aux normes ».

Cinq heures de festivités sur le chantier ce samedi

Une visite rapide du chantier est prévue à partir de 11 h 10 ce samedi suivie d’un discours de Gilles Leproust, maire d’Allonnes.
Différentes animations seront proposées :

  • stand « Recrut’Envie » pour les demandeurs d’emploi (présence d’une chargée de recrutement et d’accompagnement) ;
  • stand d’exposition électroménager ; stand d’exposition cycle « Vel’nature » ; stand mobilier et décoration en bois recyclé (avec un atelier personnalisation de porte-clés en bois) ;
  • stand de dégustation de crêpes ;
  • structures gonflables et jeux pour les 6 à 18 ans.

2 rue Charles-Darwin à Allonnes. De 11 heures à 16 heures.
Gratuit et dans le respect des règles sanitaires.